Projection-débat de « Kivu : du sang dans nos portables » le 24 janvier 2012 à Crest

L’arrêt public, Ecologie au Quotidien, Survie Drôme-Ardèche et les Amis de la Terre Drôme vous invitent, dans le cadre des Rencontres de l’Ecologie 2012, à la projection du documentaire de Patrick Forestier (52’) “Kivu : du sang dans nos portables”, suivie d’une discussion autour du pillage des matières premières en Afrique essentielles à notre modèle actuel de développement, en présence de Thomas Noirot de l’association Survie et de Yann Louvel des Amis de la Terre Drôme.
Cette projection-débat aura lieu le mardi 24 Janvier à 20 h à la salle des acacias (Chemin des acacias) à Crest.
La construction de nos téléphones portables et ordinateurs nécessite un métal rare, le coltan. Le Nord-Kivu et le Sud-Kivu (Est de la République Démocratique du Congo), au sous-sol extrêmement riche en matières premières, sont le théâtre d’une “guerre de basse intensité”, dont les soubresauts ne trouvent que trop rarement une place dans les médias et l’opinion publique : certaines ONG parlent de plus de 4 millions de morts depuis une quinzaine d’années…
Livrées à des chefs de guerre financés par le trafic de matières premières, dont le précieux coltan, les populations sont les victimes d’une exploitation règlementée uniquement par la loi du plus fort et du plus offrant.
La déstabilisation de cette partie du Congo, qui jouxte le Rwanda, est liée au génocide des Tutsi Rwandais de 1994, au terme duquel des centaines de milliers de Hutus, ayant ou non pris part au génocide, avaient fui leur pays de crainte de représailles après la prise de pouvoir par le FPR de Paul Kagamé.
Mais, en 2005, l’ONU et plusieurs grandes firmes ont décrété un embargo sur le coltan en provenance d’Afrique. Patrick Forestier a donc remonté les filières du fameux minerai afin de savoir si les fabricants d’électronique occidentaux respectent effectivement l’embargo et s’ils ont vraiment renoncé à acheter le «coltan du sang».
Ce documentaire illustre ainsi la façon dont notre vie quotidienne repose sur le pillage d’autres pays, notamment en Afrique, où nous nous rendons sans le savoir complices du saccage environnemental et du financement de guerres civiles.

Article du Crestois du 3 février 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s