Archives mensuelles : novembre 2012

Conférence-débat sur les banques le 23 novembre 2012 à Crest

Les Amis de la Terre Drôme vous invitent à une conférence-débat ayant pour thème « Que fait votre banque de votre argent? » organisée par l’Université Populaire du Val de Drôme (UPVD) le vendredi 23 novembre à 18h30 à la salle des Acacias à Crest. Participation libre.

Vous trouverez le descriptif de cette conférence sur le site Internet de l’UPVD et ci-dessous.

Si de plus en plus de personnes prennent conscience et s’informent sur les impacts environnementaux et sociaux des produits qu’ils consomment, ce n’est malheureusement toujours pas le cas pour les produits financiers. Malgré la crise financière, qui sait en effet ce que sa banque fait de son argent? Participe-t-il à détruire le monde, à notre insu, ou à l’améliorer? L’argent étant « le nerf de la guerre », il est important de connaître les activités des différentes banques françaises et leur impact social et environnemental à travers le monde. Elle propose également des alternatives possibles pour choisir sa banque ou son épargne de façon responsable.

Article du Crestois du 30 novembre 2012

Article Crestois banques

Image : Site de l’UPVD + Dijon-ecolo-.fr

Publicités

Conférence-débat de Marc Ona et Bruno Chareyron le 22 novembre 2012 à Crest

Survie Drôme-Ardèche, les Amis de la Terre Drôme et la CRIIRAD vous invitent, dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale 2012, à une conférence –débat en présence de

                  Marc Ona Essangui               et de          Bruno Chareyron

le jeudi 22 Novembre à 20 h  au Foyer Restaurant de Résidence Louise Vallon, 1 rue Roch Grivel à Crest  (près du cinéma l’Eden)                   – Libre participation aux frais –

Marc Ona est le fondateur de l’ONG Brainforest, représentant de « Publiez ce que vous payez » au Gabon ainsi que du mouvement «Ça suffit comme ça ! ». Incarcéré à plusieurs reprises, Marc Ona est une figure majeure de la société civile gabonaise. Ses combats en faveur de la sauvegarde de la forêt primaire lui ont valu le prix Goldman 2009.

Alors qu’Ali Bongo a été reçu le 5 juillet dernier à l’Elysée, et que la société civile gabonaise a connu une énième vague de répression policière et judiciaire (qui ont eu lieu pour empêcher la tenue du Forum des indignés du Gabon, organisé en réponse au forum des entreprises New York Africa Forum), sa venue s’inscrit dans une actualité bouillante en terme de Françafrique.

Pour Survie, cette soirée s’inscrit dans le prolongement de la campagne de promotion du Dossier Noir 24 « Areva en Afrique », Areva étant implantée au Gabon, à Mounana. D’où la présence de Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la  CRIIRAD, qui a beaucoup travaillé sur ce dossier.

Depuis la confiscation du pouvoir par Ali Bongo en août 2009, le climat s’est encore alourdi avec en point d’orgue les législatives de décembre dernier, à l’occasion desquelles Survie avait réalisé un dossier d’information.

Thématiques abordées lors de la soirée :

  • La lutte des sociétés civiles aujourd’hui en Afrique sub-saharienne, via l’exemple du mouvement «Ça suffit comme ça ! » qui conteste la légitimité du pouvoir hérité et accaparé d’Ali Bongo.
  • Les batailles environnementales en Afrique et la question du pillage des ressources par des entreprises françaises, en lien avec le Dossier Noir 24 « Areva en Afrique ».
  • L’évolution autoritaire d’un régime où violences, emprisonnements arbitraires et confiscation du pouvoir s’accentuent au fil des mois de règne de Bongo junior.
  • Le problème de la contamination radiologique laissée par COMUF (AREVA) dans le secteur de Mounana (Gabon)

Pour plus d’infos sur Marc Ona :

  • Dossier de la CRIIRAD sur la radioactivité dans le village de Mounana après l’exploitation de l’uranium par la COMUF pendant plusieurs décennies

Votez pour les prix Pinocchio et contre le CRAD40!

Les Amis de la Terre Drôme étaient présents sur le marché de Crest le samedi 3 novembre 2012 pour inciter les citoyens et citoyennes à voter pour la 5ème édition des prix Pinocchio! Vous avez jusqu’au 12 novembre pour VOTER ICI!

Ces prix ont pour but d’illustrer et de dénoncer les impacts négatifs de certaines entreprises françaises en totale contradiction avec l’image responsable qu’elles aiment à se donner. Les prix sont décernés sur la base de vos votes.

En lien avec cette campagne sur la responsabilité sociale et environnementale des entreprises, vous pouvez également toujours signer la pétition à nos députés sur le site du CRAD 40 pour leur demander d’adopter une loi pour que les multinationales assument la responsabilité de toutes leurs filiales!

Celles-ci bénéficient en effet d’un pouvoir financier sans pareil. Elles jouent d’influence et profitent des vides juridiques pour agir en toute impunité. Ainsi, la maison-mère d’une multinationale française ne peut être tenue pour responsable des dommages sociaux ou environnementaux causés par l’une de ses filiales, même si elle la possède à 100% et en dirige donc les activités! Avec par exemple ces conséquences désastreuses pour l’environnement et les populations locales partout dans le monde pour la seule entreprise Total.

Prix Pinocchio 2012 : le vote est lancé !

Paris, le 18 octobre 2012 – Les Amis de la Terre, en partenariat avec le CRID et Peuples Solidaires, lancent aujourd’hui le vote public pour l’élection des Prix Pinocchio 2012. A coup de révélations choc et d’abus concrets, ces Prix sont l’occasion de montrer le fossé entre les discours « développement durable » et les actes réels des multinationales nominées.  A travers les Prix Pinocchio, les Amis de la Terre militent pour un encadrement juridique contraignant des  activités des multinationales françaises.

Cinq ans après la première édition des Prix Pinocchio du développement durable, les Amis de la Terre, en partenariat avec le CRID et Peuples Solidaires, lancent l’édition 2012 et appellent au vote sur www.prix-pinocchio.org [1]. Neuf entreprises françaises sont ainsi nominées dans trois catégories :

·        Plus vert que vert : prix décerné à l’entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles. Les nominés sont :

              – Auchan ;

              – Lesieur ;

              – Urbaser.

·        Mains sales, poches pleines : prix décerné à l’entreprise ayant mené la politique la plus aboutie en terme d’opacité et de lobbying. Cette année, au choix :

              – BNP Paribas ;

              – Areva ;

              – Perenco.

·        Une pour tous, tout pour moi ! : prix décerné à l’entreprise ayant mené la politique la plus agressive en termes d’appropriation et de surexploitation des ressources naturelles. Soit :

              – Bolera (Bolloré-Eramet);

              – Alteo-Rio Tinto ;

              – Vinci.

Pour Nathalie Péré-Marzano, déléguée générale du CRID : « Alors que le comité Nobel vient d’attribuer le Nobel de la paix à l’Union européenne, celle-ci serait bien avisée d’encadrer enfin la « responsabilité sociale et environnementale » dont se targuent beaucoup d’entreprises qui prétendent respecter les droits fondamentaux. Cette année encore, la remise des prix Pinocchio sera l’occasion de mettre en lumière que sans une volonté de légiférer sur cette question, de nombreuses multinationales françaises et européennes continuent de générer des profits au détriment des droits fondamentaux des populations, notamment au Sud. ».

Pour Fanny Gallois, chargé de mission à Peuples Solidaires : «Ces prix seront remis au nom des milliers de femmes et d’hommes dans le monde qui luttent pour faire respecter leurs droits face à des entreprises ignorant délibérément leur responsabilité sociale et environnementale. Ils le seront également au nom des milliers de femmes et d’hommes qui, chez nous, refusent d’être dupes des beaux discours que ces entreprises tiennent pour se dédouaner des effets parfois catastrophiques de leurs activités dans les pays de production. ».

Pour Romain Porcheron, chargé de campagne sur la Responsabilité sociale et environnementale des entreprises aux Amis de la Terre : « Il est urgent que soit enfin formalisé un encadrement juridiquement contraignant des activités des multinationales, pour que cessent les perpétuels scandales dénoncés à travers les Prix Pinocchio. Reconnaître la pleine responsabilité des maisons mères des multinationales pour les dommages causés par leurs filiales est donc une priorité pour que les populations affectées soient enfin protégées [2] ».

Les Prix Pinocchio du développement durable seront remis sur la base des votes des internautes. Les résultats seront annoncés le 13 novembre 2012 lors d’une cérémonie publique organisée par les Amis de la Terre, le CRID et Peuples Solidaires.

Note :

[1] La présentation des neuf cas et des Prix Pinocchio est accessible en français et en anglais sur le site suivant : www.prix-pinocchio.org.

[2] Pour plus d’informations, voir la nouvelle campagne d’information des Amis de la Terre : www.crad40.com

Appel à la création de comités de soutien locaux aux expulsés de Notre-Dame-des-Landes

Les Amis de la Terre Drôme relaient l’appel national de la déclaration solennelle de 11 ONG et syndicats du 25 octobre dernier à la participation à des mobilisations locales en soutien aux expulsés de Notre-Dame-des-Landes. Ils appellent ainsi à la création de comités de soutien locaux partout en Drôme, comme à Romans où un premier collectif vient d’être créé, alors que des comités de soutien se créent partout en France, pour « exprimer notre solidarité et apporter tout notre soutien à celles et ceux qui luttent pour un monde vivable, et ainsi répondre démocratiquement à une violence qui, pour être institutionnelle, n’en est pas moins illégitime. » Une manifestation de réoccupation aura également lieu sur place le samedi 17 novembre prochain à laquelle se rendront plusieurs drômois(es). Ecrivez à l’adresse suivante : drome@amisdelaterre.org si vous êtes intéressé(e) à participer à ces initiatives.

Vous trouverez les communications des Amis de la Terre France concernant Notre-Dame-des-Landes sur ces pages :

Vous trouverez également sur cette page la lettre ouverte à l’attention de Jean-Marc Ayrault qui a accompagné la déclaration solennelle du 25 octobre 2012.

Pour plus d’informations sur ce qui se passe à Notre-Dame-des-Landes, consultez le site de la ZAD, la Zone A Défendre ainsi que la revue de presse de l’ACIPA.