Archives de Catégorie: Ressources naturelles

Les Amis de la Terre Drôme sur le marché de Crest contre la Société Générale et Alpha Coal le 16 novembre 2013

Le samedi 16/11/13 à partir de 10h30, l’association Les Amis de la Terre – Drôme a organisé une action devant l’agence de la Société Générale de Crest afin de dénoncer sur un mode humoristique la participation de la Société Générale à ALPHA COAL, un énorme projet d’exploitation minière et d’exportation de charbon en Australie.

Alors que l’UNESCO a sommé le gouvernement australien de stopper l’industrialisation côtière pour protéger la Grande Barrière de Corail et les nombreuses espèces menacées qu’elle abrite, ALPHA COAL transformerait ce patrimoine mondial en autoroute mondiale du charbon !

ALPHA COAL, c’est aussi une menace climatique planétaire ! S’il a lieu, il ouvrira la porte aux autres projets miniers prévus dans le Bassin de Galilée (Nord-Est de l’Australie). Or, si les 9 projets planifiés aboutissent, celui-ci deviendrait le 7ème émetteur mondial de CO2, juste derrière l’Allemagne et son exploitation serait compatible avec un scénario de réchauffement climatique de 6°C !

Il est scandaleux qu’une banque française participe à un tel projet. Nous demandons donc à la Société Générale de se retirer instamment d’ALPHA COAL. Nous invitons les citoyens à rejoindre la cyber-action menée contre ce projet.

amisdelaterre_SGamisdelaterre_SG_02amisdelaterre_SG_03(crédits photos : Nhàn NGUYEN)

Conférence-débat de Marc Ona et Bruno Chareyron le 22 novembre 2012 à Crest

Survie Drôme-Ardèche, les Amis de la Terre Drôme et la CRIIRAD vous invitent, dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale 2012, à une conférence –débat en présence de

                  Marc Ona Essangui               et de          Bruno Chareyron

le jeudi 22 Novembre à 20 h  au Foyer Restaurant de Résidence Louise Vallon, 1 rue Roch Grivel à Crest  (près du cinéma l’Eden)                   – Libre participation aux frais –

Marc Ona est le fondateur de l’ONG Brainforest, représentant de « Publiez ce que vous payez » au Gabon ainsi que du mouvement «Ça suffit comme ça ! ». Incarcéré à plusieurs reprises, Marc Ona est une figure majeure de la société civile gabonaise. Ses combats en faveur de la sauvegarde de la forêt primaire lui ont valu le prix Goldman 2009.

Alors qu’Ali Bongo a été reçu le 5 juillet dernier à l’Elysée, et que la société civile gabonaise a connu une énième vague de répression policière et judiciaire (qui ont eu lieu pour empêcher la tenue du Forum des indignés du Gabon, organisé en réponse au forum des entreprises New York Africa Forum), sa venue s’inscrit dans une actualité bouillante en terme de Françafrique.

Pour Survie, cette soirée s’inscrit dans le prolongement de la campagne de promotion du Dossier Noir 24 « Areva en Afrique », Areva étant implantée au Gabon, à Mounana. D’où la présence de Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la  CRIIRAD, qui a beaucoup travaillé sur ce dossier.

Depuis la confiscation du pouvoir par Ali Bongo en août 2009, le climat s’est encore alourdi avec en point d’orgue les législatives de décembre dernier, à l’occasion desquelles Survie avait réalisé un dossier d’information.

Thématiques abordées lors de la soirée :

  • La lutte des sociétés civiles aujourd’hui en Afrique sub-saharienne, via l’exemple du mouvement «Ça suffit comme ça ! » qui conteste la légitimité du pouvoir hérité et accaparé d’Ali Bongo.
  • Les batailles environnementales en Afrique et la question du pillage des ressources par des entreprises françaises, en lien avec le Dossier Noir 24 « Areva en Afrique ».
  • L’évolution autoritaire d’un régime où violences, emprisonnements arbitraires et confiscation du pouvoir s’accentuent au fil des mois de règne de Bongo junior.
  • Le problème de la contamination radiologique laissée par COMUF (AREVA) dans le secteur de Mounana (Gabon)

Pour plus d’infos sur Marc Ona :

  • Dossier de la CRIIRAD sur la radioactivité dans le village de Mounana après l’exploitation de l’uranium par la COMUF pendant plusieurs décennies

Projection-débat de « Kivu : du sang dans nos portables » le 24 janvier 2012 à Crest

L’arrêt public, Ecologie au Quotidien, Survie Drôme-Ardèche et les Amis de la Terre Drôme vous invitent, dans le cadre des Rencontres de l’Ecologie 2012, à la projection du documentaire de Patrick Forestier (52’) “Kivu : du sang dans nos portables”, suivie d’une discussion autour du pillage des matières premières en Afrique essentielles à notre modèle actuel de développement, en présence de Thomas Noirot de l’association Survie et de Yann Louvel des Amis de la Terre Drôme.
Cette projection-débat aura lieu le mardi 24 Janvier à 20 h à la salle des acacias (Chemin des acacias) à Crest.
La construction de nos téléphones portables et ordinateurs nécessite un métal rare, le coltan. Le Nord-Kivu et le Sud-Kivu (Est de la République Démocratique du Congo), au sous-sol extrêmement riche en matières premières, sont le théâtre d’une “guerre de basse intensité”, dont les soubresauts ne trouvent que trop rarement une place dans les médias et l’opinion publique : certaines ONG parlent de plus de 4 millions de morts depuis une quinzaine d’années…
Livrées à des chefs de guerre financés par le trafic de matières premières, dont le précieux coltan, les populations sont les victimes d’une exploitation règlementée uniquement par la loi du plus fort et du plus offrant.
La déstabilisation de cette partie du Congo, qui jouxte le Rwanda, est liée au génocide des Tutsi Rwandais de 1994, au terme duquel des centaines de milliers de Hutus, ayant ou non pris part au génocide, avaient fui leur pays de crainte de représailles après la prise de pouvoir par le FPR de Paul Kagamé.
Mais, en 2005, l’ONU et plusieurs grandes firmes ont décrété un embargo sur le coltan en provenance d’Afrique. Patrick Forestier a donc remonté les filières du fameux minerai afin de savoir si les fabricants d’électronique occidentaux respectent effectivement l’embargo et s’ils ont vraiment renoncé à acheter le «coltan du sang».
Ce documentaire illustre ainsi la façon dont notre vie quotidienne repose sur le pillage d’autres pays, notamment en Afrique, où nous nous rendons sans le savoir complices du saccage environnemental et du financement de guerres civiles.

Article du Crestois du 3 février 2012

Stand pour la semaine européenne de la réduction des déchets le 19 novembre 2011 à Crest

Les Amis de la Terre Drôme ont tenu un stand d’information ce samedi 19 novembre sur le marché de Crest à l’occasion de la semaine européenne de la réduction des déchets. Cette campagne de sensibilisation est conduite par le Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement et l’ADEME qui nous a fourni les autocollants « Stop Pub » qui ont été distribués au grand public.

Soirée-témoignages Chili-Cameroun sur les ressources naturelles le 16 novembre 2011 à Crest

Les Amis de la Terre vous invitent à une soirée-témoignages Chili-Cameroun sur les ressources naturelles

Soiré-débat sur l’eau avec un chilien et un camerounais le mercredi 16 novembre à 20H au café « sur les quais » à CrestAlors que le chiffre symbolique de 7 milliards d’habitant(e)s sur notre petite planète vient d’être dépassé, de nombreux articles se sont récemment interrogés : disposons-nous d’assez de ressources naturelles pour satisfaire les besoins de toutes et de tous?Cette question pose immédiatement la problématique des inégalités de consommation de ces ressources naturelles à travers le monde, et celle de la répartition des richesses. Comme le résumait bien Gandhi, « Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l’Homme, mais pas assez pour assouvir son avidité ». Aujourd’hui, la gestion des ressources de la planète génère non seulement pollution, épuisement des ressources, dérèglement du climat et extinction des espèces, mais aussi pauvreté, inégalités et mal développement.

C’est précisément ce constat qui a conduit à la création du réseau « Une seule planète », dont les Amis de la Terre sont membres, afin de sensibiliser les citoyen(ne)s et d’interpeller les décideurs/décideuses sur les enjeux d’une gestion durable des ressources naturelles pour le développement de tou(te)s. A l’occasion de la semaine de la solidarité internationale, deux membres des Amis de la Terre Chili et Cameroun seront de passage dans notre région pour venir témoigner et échanger avec nous sur la consommation de ressources naturelles, et notamment des ressources locales en eau, dans leur pays. Il s’agit pour le Chili de l’exploitation du lithium, nécessaire à la production des téléphones portables, appareils photo numériques ou encore des ordinateurs, et pour le Cameroun de l’exploitation du coton, matière première de nombreux textiles comme les tee-shirts.

Le moins que l’on puisse dire est que nous disposons de très peu d’informations sur les conditions sociales et environnementales de production de tous ces produits. Ce sera donc l’occasion d’en savoir plus à ce sujet, à travers ces deux exemples, et d’explorer ensemble les pistes de solutions à apporter à ces problématiques qui nous concernent toutes et tous.

Le groupe local des Amis de la Terre Drôme, qui vient tout juste de se constituer, vous invite donc à venir échanger sur ces questions le mercredi 16 novembre au soir à 20H à Crest au café « sur les quais » (entrée libre).

Les Amis de la Terre Drôme